©2018 by charlytour2019. Proudly created with Wix.com

SA 11.05 / 46è jour / New Orléans


Ce matin j'ai re-déjeuné avec les deux françaises. On a discuté de la journée de hier et elles m'ont dit qu'il fallait aller voir le musée de la guerre de sécession avec comme cerise sur le gâteau un film en 4D.


Chose que j'ai faite mais il n'y avait pas de film 4 D.


Par contre l'histoire est intéressante. Cette guerre (1861-1865) avait opposé les États-Unis d'Amérique (L'union du Nord) d'Abraham Lincoln aux États confédérés (11 États du Sud) de Jefferson Davis. Les États du Sud ne voulaient pas se soumettre et une sanglante guerre à opposé les nordistes aux sudistes. La victoire des nordistes a affirmé la domination du modèle économique du Nord, l'industrie employant des ouvriers, sur celui du Sud, l'agriculture employant des esclaves. Elle a mis fin à l'esclavage aux États Unis.



Ensuite je me suis promené dans le Central Business District jusqu'au Superdome. Dans ce stade de Football américain beaucoup de rescapes, principalement des pauvres qui n'avaient pas les moyens de fuir l'ouragan Katrina en 2095, avaient été accueillis, nourris et soignés.




Je suis retourné à l'hôtel car je voulais aller voir et profiter un peu de la vie nocturne avant de repartir demain.


Effectivement, le soir on voit moins bien mais on voit aussi plus. Moins car la lumière baisse, plus car il y a énormement de gens dans la rue.

Je suis d'abord passé par Frenchmen, rue moins huppée que Bourbon mais tout aussi charmante, pour écouter de la musique et boire un verre. Ensuite je suis redescendu au Vieux Carré, le French Quarter, par la rue Royal.


J'ai pu assister sur Canal à un typique défilé de mariage. Les mariés en premier, derrière l'orchestre ensuite les amis et invités. Le tout accompagné de 4 motos et de deux voitures de police.


C'est comme si à Fribourg vous défilez, pour un mariage, depuis le Carrefour du Temple jusqu'à la Gare, que vous passez par les Arsenaux j'à la Fonderie et que vous reveniez par Pérolles. Imaginez le bordel que ça ferrait.


Eh bien, ici ça marche et les passants saluent et applaudissent. Les automobilistes attendent. C'est ça la vie, ici.


Voici quelques impressions de la journée.



75 vues